Nous, c’est Raphaëla et Rolando.

Depuis quelques années, nous sommes bénévoles et responsables de distributions alimentaires à la Gare de l’Est. C’est l’un des sites qui voit passer le plus de “bénéficiaires” de Paris, et peut-être même de France. Pour vous donner une idée, nous distribuons jusqu’à 350 repas par soir... Au-delà des chiffres, il y a les individus, et surtout, des histoires de vie. Réfugié.e.s politiques, travailleurs pauvres, retraité.e.s qui ont du mal à joindre les deux bouts, etc. La liste des motifs de précarité est malheureusement très longue. 
Côté bonne nouvelle, nous sommes ravis de constater que nos équipes sont toujours au complet, et que les distributions se passent le plus souvent dans la bonne humeur. La crise du Covid-19 a en outre révélé une autre catégorie de bénévoles ; ceux qui n’avaient jamais eu l’opportunité de s'investir auprès de ceux qu'ils croisent tous les jours dans la rue, qui parfois y vivent, et qui ont besoin d'aide. Voilà la raison d’être du projet 1001 Vies, briser la glace entre ceux qui galèrent et ceux qui leur passent devant tous les jours. 
Demander à quelqu’un de raconter sa vie vous fait immédiatement rentrer dans son intimité. Ce n’est pas à la portée de tout le monde de pouvoir se livrer sur son parcours, surtout quand celui-ci est semé d’embûches. La relation que nous avons établie avec les personnes interviewées est le fruit d’un travail patient et d’une envie sincère de notre part “d’apprivoiser” ces femmes et ces hommes, souvent blessé.e.s par la vie. Nous les remercions de nous avoir fait confiance.

•  •  •

Des rencontres et des histoires de vies partagées...
Pour beaucoup de bénéficiaires, les distributions alimentaires sont aussi l’occasion de bavarder, voire de nouer des amitiés avec d’autres bénéficiaires, et bien-sûr avec nous, bénévoles. 
Nous avons développé une relation privilégiée avec les plus “bavards” d’entre eux. Certains sont venus d'eux-mêmes nous parler ; de leur tracas du quotidien, de leurs peines, de leurs joies, de leur vie... Puis, quand le moment semble opportun, nous leur parlons de ce projet. S'ils sont d'accord pour y participer, nous leur proposons de les retrouver à l’endroit de leur choix dans Paris. Certains préfèrent leur quartier, loin de la curiosité des autres bénéficiaires, d’autres choisissent la Gare de l’Est, juste après la distribution. 
Nous les invitons à discuter autour d’un verre, puis nous leur tirons le portrait à proximité, dans un lieu qui leur plaît. Nous immortalisons aussi un trait de leur corps qui nous marque, un objet qui les représente…
Maintenant que vous savez tout, venez découvrir leurs histoires !
Back to Top